Blog inspirant depuis 2008
  • Pin It

Le Web Design à travers les cultures

web design culturel

Il y a désormais plus d’un milliard de personnes en ligne dans le monde entier dont 78% n’ont pas l’anglais pour langue maternelle (Internetworldstats.com).

Aussi, si vous lancez un site Internet uniquement en anglais, n’oubliez jamais que vous ne vous adresserez qu’à 22% de votre public potentiel.

Ce point est d’autant plus pertinent si votre site est à objectif commercial. En effet, des études ont montré que 85% des consommateurs n’achèteront pas un produit d’un site Internet s’ils n’ont pas accès aux informations dans leur propre langue (Common Sense Advisory, 2006).

Donc si vous envisagez d’étendre vos activités grâce à des sites multilingues localisés, il est recommandé de tenir compte de quelques facteurs avant de commencer.

Chaque groupe culturel dispose de ses propres comportements de consommation et de ses propres sensibilités esthétiques. Il a été démontré que cet aspect se reflétait sur la conception des sites Internet et des commerces électroniques.

Ainsi, le professeur de psychologie Denis Park de l’université de l’Illinois et Michael W. Chee du Laboratoire de neuroscience cognitive SingHealth de Singapour ont mené une étude en 2007 sur les manières dont les individus asiatiques et américains traitaient l’information. En utilisant des tests cognitifs et la technologie d’imagerie par résonance magnétique, ils ont démontré que les sujets asiatiques avaient tendance à accorder davantage d’attention au contexte, ou à l’arrière-plan, aux images, alors que les sujets américains s’attardaient plus sur le point central ou dominant de l’image.

Pays et cultures

En quoi cela perturbe-t-il le design de votre site internet, vous demandez-vous ? Et bien, si vous concevez un site Internet pour un public américain, cela signifie que vous devrez aller droit au but, mais si votre site est plutôt destiné au marché chinois, alors vous aurez davantage intérêt à vous concentrer sur l’imagerie, l’arrière-plan et le message global diffusé sur votre site.

Lorsque vous cherchez à construire un site de base qui pourra ensuite être traduit en une série de domaines localisés pour différents marchés, il est conseillé de considérer tous vos différents marchés et ce dont chacun a besoin avant de vous lancer dans quoi que ce soit. Voici quelques astuces qui vous économiseront sans doute beaucoup de temps et d’efforts.

Domaines de Premier Niveau (Top Level Domains)

Tout d’abord, trouvez-vous un Domaine de Premier Niveau (TLD) dans le pays pour chaque marché cible : ainsi non seulement vous aurez meilleure réputation auprès de vos clients, mais cela vous aidera aussi à améliorer votre classement dans les moteurs de recherche du pays concerné.

Le design

Vous avez besoin d’un design qui ait une forte identité de marque et qui soit instantanément reconnaissable pour relier visuellement tous vos sites localisés entre eux, mais aussi qui soit suffisamment flexible pour s’adapter facilement aux différentes demandes esthétiques de chaque groupe culturel distinct. Par exemple, vous utiliserez peut-être davantage d’images et de couleurs pour vos sites sur les marchés asiatiques, alors que vos sites européens devraient peut-être être moins minimalistes, avec une navigation via menus déroulants plutôt que des images à l’écran.

En conservant vos barres de navigation horizontales vous vous éviterez bien des maux de tête à venir lorsqu’il s’agira de jongler entre les langues écrites de droite à gauche et de gauche à droite, et souvenez-vous que différents jeux de caractères impliquent de changer les largeurs et les hauteurs de vos lignes.

La couleur

La couleur est un élément crucial : elle peut avoir une très forte signification, et peut symboliser différentes choses selon les pays.

Par exemple, en Occident le vert est généralement la couleur de la nature et de l’environnement, mais c’est aussi la couleur sacrée de l’Islam. Ne commettez pas les mêmes erreurs que la compagnie de télécommunications Orange lorsqu’elle s’est lancée en Irlande du Nord et a choisi une couleur liée à la religion et au conflit qui s’y déroulait.

Si vous cherchez un médium sans risque, les arrière-plans en vert ou en bleu avec un texte en noir ou blanc se sont souvent révélés être des choix universellement appréciés.

La police

Typographie et Design
Restez simple : Times New Roman, Arial ou Verdana sont généralement considérées comme les polices les moins agressives pour les yeux.

L’imagerie

Souvenez-vous que votre imagerie aura besoin d’être modifiée en fonction des sites localisés : vos clients indiens auraient que faire d’une série de photos montrant des Russes pleinement satisfaits avec votre produit et vice-versa ; les clients ont besoin de pouvoir établir un rapport direct avec le produit.

Comme toujours, lorsque vous concevez à l’attention de plusieurs cultures différentes, la sensibilité est clé : si vous faites un site pour une culture plutôt conservative, restez aussi loin que possible d’une imagerie ouvertement sexualisée qui est habituellement si vendeuse partout ailleurs.

Les feuilles de style CSS

Les feuilles de style en cascade (CSS) vous économiseront bien des efforts en vous permettant d’avoir des designs sans tableaux et en gardant votre contenu séparé de votre design ce qui est absolument essentiel si vous envisagez de changer la langue de votre contenu pour chaque site local. Les CSS permettent également de limiter la taille des fichiers, ce qui est très pratique pour avoir des chargements de page plus rapides.

L’unicode

Si vous devez changer votre texte dans une demi-douzaine de langues, vous allez avoir besoin d’un outil d’encodage de caractères très flexible. Heureusement pour vous, c’est exactement ce qu’offre l’Unicode UTF-8, avec un code unique pour chaque caractère dans plus de 90 langues. Ainsi, que vous ayez à réécrire tout votre texte avec des caractères de Chinois simplifié ou simplement ajouter quelques symboles « Eszett (ß) » allemands, vous serez couvert.

Le Flash

Essayez d’éviter le Flash (et Java) aussi souvent que possible : non seulement les fichiers Flash ralentissent le chargement de vos pages (ce qui n’est jamais bon pour les pays qui n’ont pas encore l’Internet à haut débit, sans parler que l’on pense aujourd’hui que Google intègre le temps de chargement des pages dans son algorithme de classement), mais en outre, le texte intégré dans des fichiers Flash est invisible aux yeux des robots des moteurs de recherche, ce qui signifie qu’il sera tout à fait inutilisable pour votre stratégie de SEO.

Traduire

Sans doute le point le plus important : assurez-vous que votre contenu texte est correct. Les internautes sont très malins, particulièrement lorsqu’il s’agit d’acheter en ligne, et si votre texte contient des coquilles, des tournures maladroites ou tout simplement s’il sonne faux, alors vous aurez peu de chance de vous rendre crédible auprès de tels clients.

Aussi tentants que cela soit de proposer un widgetGoogle Translate sur chaque page pour faire quelques économies, les outils de traduction automatique ne sont pas capables de saisir les subtilités ou le rythme d’une langue : pour que votre traduction soit de qualité, vous devrez passer par les services d’un traducteur professionnel travaillant dans sa langue maternelle qui pourra vous garantir que votre texte est culturellement adapté à votre marché cible.

Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les mots-clés de SEO : la traduction directe d’un terme anglais ne correspond pas toujours au terme le plus recherché dans une autre langue. Une étude rapide sur un outil d’analyse des mots clés tels que Google Adwords vous aidera à trouver les mots-clés idéals qu’il faudra intégrer à votre texte.

Écrit par Christian Arno

Sur l’auteur : Christian Arno est le fondateur et Directeur Général du fournisseur international de services de traduction Lingo24, également spécialisé dans la localisation de site Internet.

13 commentaires

  • Louis-Philippe Dea | 2010/05/12

    Excellent article Christian et encore merci de l'avoir partagé sur MaRevueWeb.

    Je rajouterais un point également pour la section concernant le Flash : Toujours non-compatible avec iPhone, iPad et iPod Touch… 🙂

  • Louis-Philippe Dea | 2010/05/14

    Même chose pour moi. J'ai un pourcentage quand même élevé de lecteurs en provenance de la France ou de la Suisse.

    Cependant, étant donné qu'il s'agit d'un blogue et non d'un site Internet corporatif, je tiens à garder une touche un peu plus québécoise à mon écriture.

    Merci pour ton commentaire 🙂

  • doriannedeshaies | 2010/05/14

    Excellent article !
    Je reviens de France où j'ai tâté le pouls des entreprises qui exportent et ils n'ont pas du tout le réflexe de faire traduire leur contenu web en français québécois. Par contre, ils sont tout à fait d'accord que ce travail est justifié (ils n'y pense juste pas!). Il y a donc un beau travail de sensibilisation à faire.

  • Carole | 2010/05/14

    Merci beaucoup pour cet article intéressant sur les rappels du différences culturelles. Avec le web point de frontière physique et il faut savoir communiquer avec le monde entier en respectant les codes de chacuns.
    J'ai découvert ce blog aujourd'hui et je le trouve vraiment bien !
    Félicitation.

  • Louis-Philippe Dea | 2010/05/14

    Merci Carole pour tes commentaires positifs par rapport au site. C'est super apprécié 🙂

  • oliviezre | 2010/05/17

    Le bleu est un passe partout universel et garde ce coté institutionnel à la fois.

  • Ehryx | 2010/05/17

    Précisions quand même pour la partie flash, tes assertions sont fausses : il y a belle lurette que Google indexe le contenu texte des flash, suit leurs liens, et peut même indexer les fichiers externes appelés via flash (les xml notamment). De plus le poids d'une petite anim vectorielle reste inférieur à celui d'une grosse image mal optimisée.

    Quant à la prétendue intégration du temps de chargement dans l'algo de Google, je sais ce que tout le monde a répété, mais je persiste à penser que c'est du bidon et que Google n'en tient pas compte, mais c'est un autre débat 🙂

  • Ehryx | 2010/05/17

    Précisions quand même pour la partie flash, tes assertions sont fausses : il y a belle lurette que Google indexe le contenu texte des flash, suit leurs liens, et peut même indexer les fichiers externes appelés via flash (les xml notamment). De plus le poids d'une petite anim vectorielle reste inférieur à celui d'une grosse image mal optimisée.

    Quant à la prétendue intégration du temps de chargement dans l'algo de Google, je sais ce que tout le monde a répété, mais je persiste à penser que c'est du bidon et que Google n'en tient pas compte, mais c'est un autre débat 🙂

  • Blog SEO - Vince | 2010/05/17

    Merci pour ce récap très complet : je le garde de côté !
    Il est vrai que la prise en compte d'éléments culturels est d'une importance cruciale dans le business, comme en diplomacie ou en politique, voire et surtout en communication.

  • Blog SEO - Vince | 2010/05/17

    Merci pour ce récap très complet : je le garde de côté !
    Il est vrai que la prise en compte d'éléments culturels est d'une importance cruciale dans le business, comme en diplomacie ou en politique, voire et surtout en communication.

  • Blog SEO - Vince | 2010/05/17

    Merci pour ce récap très complet : je le garde de côté !
    Il est vrai que la prise en compte d'éléments culturels est d'une importance cruciale dans le business, comme en diplomacie ou en politique, voire et surtout en communication.

  • Louis-Philippe Dea | 2010/05/18

    Merci pour tes précisions concernant le SEO des Flash dans Google.

    J'ai une petite question, je me demandais qu'est-ce qui te fais penser que c'est du bidon?

  • cidrolehein | 2010/05/19

    Un bon article où il est effectivement important de rappeler les particularité culturelles nationales et régionales. Effectivement, l'utilisation de traducteurs automatiques n'est pas toujours heureuse. Mais il ne faut pas se leurrer pour autant, la traduction d'un site vers une langue étrangère a un cout qui doit stratégiquement être calculé avec précision. Rares sont les marques qui peuvent offrir à leurs visiteurs des sites en plus de… 3 langues ! Si vous prenez l'anglais et l'espagnol, vous avez déjà fait un bon tour de la planète.
    Le Chinois est valable pour un marché intérieur très ciblé, et je ne parle pas des différents dialectes…

Laisser un commentaire